Le projet LED's grow a pour but la création, et la production, d’une lampe industrielle pouvant faire varier les caractéristiques de la lumière qu’elle émet selon les besoins de la plante. Le dispositif en question est composé d’un scanner pour définir les besoins de la plante, qui communique ces derniers a une lampe produisant la lumière adaptée.


Ce projet permettrai une réduction d’émission de gaz a effet de serre, ainsi qu’une importante économie d’énergie. Une approximation rapide indique qu'un groupe de plantes a besoin idéalement de 2,000 W/m² pour pousser. En prenant en compte l'intensité de photosynthèse par fréquence lumineuse, nous estimons que 40% de l'énergie n'est pas utilisée par la plante. Prenons par exemple l'Espagne, ou sont installés 70,000 mètres carres de serres, et considérons que les lampes sont allumées trois heures par jour. Le dispositif permettrai une économie de 60,000 tonnes d'émissions de CO2 par ans pour ce pays.

Partant du postulat que la couleur perçut d’un objet est autant d’énergie lumineuse non absorbée et reflétée par l’objet en question, nous avons appliqué ce principe aux végétaux. Le dispositif est donc capable de mesurer les longueurs d’ondes d’absorption et de reflexion de la plante, afin de déterminer la lumière à produire en éliminant ce qui ne serait pas utilisé par la plante. Pour cela, le dispositif est composé de deux éléments: un scanner, et une lampe.


lampescan

Le scanner permet de définir la “couleur” de la plante, il est composé de deux plaques, pinçant la feuille, en “sandwich”. Une plaque permettant de mesurer le spectre de refléxion, qui contient 6 LED émettant à des longueurs d’ondes différentes, et une photorésistance: Les LED vont s’allumer successivement alors que la photorésistance va enregistrer le pourcentage de reflexion pour chaque LED. La deuxième plaque permet de mesurer le spectre d’absorption, elle n’est composé que d’une photorésistance, et qui va, pour chaque LED, définir ce qui n’a pas été refléchis, mais qui a été absorbé.

On définit ainsi la “couleur” de la plante en mesurant dans quelles longueurs d’ondes elle refléchies, et elle absorbe. On communique ensuite ces donnés a une lampe qui produira la lumière “utile”, sans production de lumière dans les longueurs d’ondes uniquement réfléchies, à l’aide d’un programme de calcul géré par un Arduino.


comparatif
email